3.La ferme du Mont de Cuffies


La ferme du Mont de Cuffies
Article rédigé par Michèle POIRET et Corinne SYLVOS, en juin 2012, sur des recherches effectuées en 2011-2012, et publié dans le bulletin "Les nouvelles" n°15 du 3 sept 2012. 


Dispersion et rassemblement d’un patrimoine.


Cette ferme se situe tout en haut de Cuffies et sur le côté droit de la route qui monte à Chavigny. Elle était, avant la Révolution française, propriété de l’abbaye de Saint Paul.


Cette abbaye était située au nord-est de Soissons, sur le chemin de Soissons à Laon, visible à gauche sur le plan Lejeune de 1768 du musée de Soissons et à droite sur la carte de Cassini n° 44, au milieu du 18ème siècle. 
(cf http://www.geoportail.fr)


C’était une abbaye de femmes, fondée en 1228, à l’emplacement d’une église, Saint-Etienne, bâtie en 690 par l’évêque de Soissons Saint-Ancery hors la ville, sur la fin du faubourg de Crouy mais sur la commune de Cuffies, alors située beaucoup plus à l’est que maintenant. Ces femmes suivaient la règle de Saint Augustin : humilité, pratique du jeûne, n’avoir rien en propre, ne pas se singulariser. Avant la Révolution française, 22 à 24 dames de choeur y résidaient et leur dernière abbesse fut Mme Tonnelier de Breteuil. L’abbaye avait sa propre ferme mais possédait beaucoup de terres, vignes, vergers et jardins un peu partout, dont cette ferme du Mont de Cuffies.


Nous avons trouvé trace d’un laboureur de cette ferme, qui s’appelait Charles François CALLAUD ou CAILLEAU et qui a signé en 1781 devant notaire un bail pour l’exploitation de cette ferme avec l’abbesse de Saint Paul. (AD notaire Bedel)


A la Révolution française, les biens d’église, terres et fermes comprises, sont vendus comme biens nationaux et partagés entre de multiples acquéreurs. La ferme du Mont de Cuffies est, en mars 1791, occupée par le fermier Jean Baptiste CAILLEAU(X) mentionné dans une estimation de réparations annuelles de la ferme du Mont de Cuffy (AD Aisne Q 815-86).
Voici la description de la ferme donnée par cette estimation : cette ferme possède "une porte cavalière qui ouvre sur une cour dans laquelle se trouve un colombier, un puits, une descente de cave avec cave à l’arrière fermée de murs, un vestibule à gauche et la cuisine avec cheminée, fourneaux à côté de la cheminée contenant trois cazes, un lavier, un escalier pour monter au grenier et une porte pour aller à la cour. A droite est un bâtiment servant de fournil dans lequel est une porte pour communiquer à une laiterie voûtée, le grenier au-dessus du corps de logis est couvert en thuilles. Attenant à la cuisine à gauche est une grande porte chartière à deux vantaux, une grange couverte de thuilles, un bâtiment servant de grange à avoine et bergerie, couvert en paille. A droite en entrant dans la cour et à la suite du fournil est un bâtiment servant d’écurie... avec à sa suite... une étable à vaches et poulailler auquel est adossé un petit bâtiment servant de tects à porcs, ensuite un bûcher et une étable à vaches puis une bergerie."

Mais le nouveau propriétaire en est Pierre Antoine DESMOULINS (né en 1742 à Soissons - décédé en 1832 à Cuffies), conseiller du roi en 1785, membre du conseil général de l’Aisne en 1791, grand acheteur et revendeur de biens nationaux, qui l’acquiert en mai 1791 par adjudication. (AD 52 E11).


En 1802, celui-ci, également propriétaire de la ferme de Maison Bleue à Cuffies et se disant cultivateur à Vauxrot, vend à son fils Louis Antoine DESMOULINS (1770-1852) maire de Cuffies, la « ferme appelée Mont de Cuffy, occupée et exploitée par le citoyen Cailleau fermier, maison d’habitation, cour, jardin, pâture, chenevière et savarts, 88 ares. » (AD 261 E 118 notaire Desèvre)


En 1818, la ferme appartient toujours à la famille Desmoulins comme en témoigne le croquis de Luc Vincent Thiéry n° 51 « Vue de la ferme de M. Desmoulins de la Maison Bleue, tout en haut de Cuffies 1818 ».


 


En 1845, le propriétaire attesté est François Honoré JOLY (né en 1811 à Vivaise, décédé à Leury en 1885), maire de Leury, puis la ferme passe aux mains de son fils Edouard Honoré JOLY (né en 1840 à Leury, décédé en 1919 à Paris, inhumé à Soissons) et de son épouse Marie Elise POIDEVIN.


Le 10 mai 1903, Gaston PADIEU (1877-1952) achète pour 6 000 francs le corps de ferme et les parcelles de la section cadastrale A 1488 à 1494, 1499 et 1500 « comprenant bâtiments d’habitation et d’exploitation, cour, jardins, maison bourgeoise, terrains plantés et terrains vagues et de cultures, le tout traversé par la sente de derrière la grange et d’une contenance totale d’un hectare, 72 ares, 95 centiares. ». A partir de cette date, la famille Padieu achète de nombreuses terres sur le territoire de Cuffies, morceau par morceau pour avoir les champs. La comtesse de Fréminville, qui possédait le château appelé « le Chalet » situé sous la ferme, entre le Mont de Cuffies et le village, leur vend en 1935 de nombreuses parcelles de terres et bois. La ferme du Mont de Cuffies reste pendant 85 ans et trois générations aux mains de la famille Padieu : Gaston PADIEU et son épouse Marie PLY, puis son fils Pierre PADIEU et son épouse Lucienne DELORME, enfin à partir de 1955 et du décès prématuré de Pierre Padieu, leur fille Henriette et son époux Pierre LENTIER qui l’exploiteront jusqu’en 1988.


En 1988, la ferme est vendue à M. Girod-Roux pour l’installation d’un centre équestre tenu par sa fille. Et en 2000, la ferme devient l’ Ecole de Gardes à cheval que nous connaissons aujourd’hui.


Une nouvelle ferme modèle


Lorsqu’en 1920 l’ancien ambassadeur des Etats-Unis, Myron T. Herrick, parcourt les territoires dévastés, il déclare : « J’ai vu des petits villages fauchés jusqu’au ras du sol reprendre vie au milieu des ruines...On est frappé par le courage invincible qui ramènera les citoyens à la reconstruction. » (L’oeuvre de reconstitution et le solidarité française, Comité d’action des régions dévastées, Paris, 1925, p 96 in : "Reconstructions en Picardie après 1918" Réunion des Musées Nationaux, 2000, p35)


Mais avant de reconstruire, il faut se loger… dans des baraquements de bois, comme la famille Padieu qui a elle-même habité dans une baraque à la sortie de la ferme à l’emplacement du grand arbre, pendant toute la reconstruction ! Et puis il faut aussi estimer ses dommages et le coût des réparations.


Pour la ferme du Mont de Cuffies, entièrement détruite en 1918 et dont il ne demeure, selon B. Ancien (Archives Municipales de Soissons cahier 1990-43) qu’ : « un énorme marronnier dans la cour et les débris d’un oratoire construit avec des scories vitrifiées, abrité par des vieux ifs. », l’aide à la constitution du dossier des Dommages de Guerre sera apportée par l’Union des Sinistrés de l’Aisne.
Les services des Dommages de Guerre (Archives Départementales de l’Aisne, dossier 15 R 1326) établirent un « devis descriptif et détaillé des biens endommagés » qui recensait de façon extrêmement précise et chiffrée aussi bien la propriété bâtie, le mobilier, les effets personnels que les cultures (terres et récoltes, arbres fruitiers ou non, assainissement physique et chimique des sols), le matériel agricole, les animaux ainsi que les tombes familiales .


La ferme comprenait 2 maisons d’habitation en pierre de taille :
    - la plus petite composée de 2 pièces au rez de chaussée et 3 à l’étage, avec pièces mansardées dans les combles, sols en carrelage dans les couloirs et le bureau, parquets de chêne dans les chambres avec cheminée de marbre capucine,
    - la plus grande comprenant, au rez de chaussée, une salle à manger au parquet de chêne avec cheminée en marbre rouge capucine, un couloir au sol de céramique, une cuisine en carrelage de Beauvais et, derrière, un escalier encloisonné, une arrière cuisine avec sol en carrelage de Beauvais, une petite fenêtre donnant sur la chambre, 2 mansardes à l’étage, au-dessus de la chambre et de l’arrière-cuisine et un grenier au dessus du surplus.
Les menuiseries extérieures sont en chêne, les fenêtres avec volets persiennes.
Les WC sont dans le jardin.
Il y avait aussi un appentis cuisine, un appentis buanderie, des écuries, des granges, un magasin à betteraves, une bergerie, une étable, une remise à matériel agricole, un magasin à menues pailles, un pigeonnier, une laiterie, une cave, un poulailler, un colombier, des porcheries, un appentis à usage de forge, des niche à lapins, un puits et une pompe aspirante et foulante, des clôtures, une porte charretière, des portes et murs de jardins…


Suivant l’expertise de Mr Vandeville, pépiniériste-expert à Pontpoint (Oise), ont été déclarés :
    pour les arbres fruitiers, sur les lieux dits Le Mont de Cuffies, Sous la Ville, La Percelle, La Croix des Moines, La Mare, Pommereau et La Trouée de Juvigny : 88 pommiers, 20 noyers, 22 pruniers, 10 poiriers, 3 cerisiers, 3 pêchers et 20 groseilliers, dont les âges variaient entre 8 et 35 ans,
    et pour les arbres forestiers, lieux dits Aux Volliots, La Maison Poirée, Aux Alliés, Au Bois Brûlé, A La Parcelle : 53 ares de taillis, 20 peupliers dont un grisard, 21 ormes, 7 frênes, 6 acacias, 7 chênes, 4 tilleuls, 3 marronniers et 15 sapins.
En 1920, un plan fut établi par Mrs THOMAS, PAVOT et VANIER, architectes ingénieurs de Paris, et la reconstruction commença......



 


 


 


 


 


 


… Mais avec quelques modifications visibles sur la photographie suivante, comme la disparition de la 2ème maison, du pigeonnier et l’alignement des bâtiments côté route de Chavigny.



Néanmoins, pour B. Ancien, c’est un « beau logis où l’on a respecté la tradition du pignon soissonnais à gradins . De trois côtés elle est environnée de bois sur les pentes et, dessous elle , dans le ravin, se trouvait un château... ». Mais ceci est une autre histoire...


Le dossier des Dommages de Guerre nous apprend qu’en ce qui concerne l’immeuble proprement dit, le plan dressé par les architectes reflète à peu de choses près celui de la ferme d’avant-guerre, certains bâtiments ont même été réduits, mais bien mieux agencés. La maison d’habitation est construite avec tout le confort moderne et l’ensemble une fois terminé, la ferme du Mont de Cuffies peut être considérée comme une véritable ferme modèle.



 


PS : Nos remerciements aux descendantes de la famille Padieu, Mesdames Lentier et Villerabel, pour leur prêt de documents et l’évocation de leurs souvenirs.